L’Incentive clic en communication de crise, une stratégie payante ?

By 25 février 2017Non classé

Chez educrise, nous avons défini notre ligne éditoriale avec les adjectifs suivants : indépendance, pluralisme, liberté, objectivité et qualité. Tant bien que mal, car à l’heure du tout réseaux sociaux, les médias ont de plus en plus de difficulté à capter l’attention des lecteurs et des internautes. Devant l’immensité des canaux de diffusion de l’information présents sur internet, de nombreuses rédactions font un choix différent (ex: les fake news), notamment en utilisant l’Incentive clic ou plus vulgairement le « putaclic » : c’est l’incitation au clic.

Incentive clic, méthode marketing 2.0

Rappelez-vous bien que sur internet, vous êtes le produit. Chaque navigation, chaque période passée sur un site, chaque clic est scruté dans le moindre détail. L’intérêt des annonceurs et des entreprises est que vous restiez un maximum de temps sur leurs sites. Plus vous serez connectés longtemps sur Facebook, plus Facebook gagnera de l’argent. Comment ? Non seulement par les revenus publicitaires, mais surtout lorsque vous cliquez sur les liens des publications générées par les pages que vous aimez. Alors bien sûr, pour se démarquer du lot, nombreux sont ceux qui n’hésitent plus à utiliser de nouvelles méthodes, comme l’incentive clic. Il s’agit d’abord de trouver un thème qui « fait vendre » puis de rédiger un titre racoleur (Comment gérer une crise en 5 étapes, comprendre la communication de crise en 3 minutes) et la machine appelée vulgairement « putaclic » est en marche.

Quel rapport avec la communication de crise ?

Prenons l’exemple de l’affaire Fillon. Depuis fin janvier 2016, le bruit médiatique (UBM) de Fillon est très élevé. Les annonceurs et médias ont tout intérêt à publier le plus souvent possible du contenu pour attirer un maximum de visiteurs sur leurs sites. Ainsi, les jours suivants le scandale, de nombreux articles à « incentive clic » fleurissent: « Les révélations chocs du clan Fillon, les trésors cachés du patrimoine de Fillon, les 5 erreurs de la communication de Fillon, ou encore Pourquoi Fillon a déjà perdu, etc (et oui, chez educrise aussi on peut se laisser tenter par les sirènes de la communication incentive).

En communication de crise, la veille médiatique est primordiale. Soyez prêt à ce que votre crise soit utilisée par d’autres pour faire du profit. Lors d’un scandale commercial, une association de consommateur pourra publier, relayer et partager du contenu vous concernant., et cela en utilisant bien sûr des titres racoleurs flirtant plus ou moins avec la véracité des faits.

Un conseil: renversez la vapeur ! Utiliser l’incentive clic dans votre communication de crise. Soyez maître du trafic internet portant sur votre crise. Vous êtes en charge de la communication d’EDF pendant un incident nucléaire ? Si vous n’occuper pas le terrain médiatique en publiant du contenu clair, concis et précis sur l’évolution de l’événement, les autres médias le feront pour vous. Ouvrez les portes de votre communication de crise, avec par exemple un fil d’actualité en direct sur la suite des événements.

La relation n’en sera que plus sérieuse et vous entretiendrez une relation de confiance entre vous et vos parties prenantes. N’attendez pas une crise pour établir cette relation de confiance, mais créez là bien en amont en identifiant vos interlocuteurs privilégiés qui seront alors vos atouts lorsque la crise surviendra.

Sources:

https://fr.wiktionary.org/wiki/putaclic

http://theconversation.com/verifier-les-informations-a-lheure-de-la-post-verite-et-du-big-data-72033

Copyright © Jimmy MARTIN, Benoit SAPET et Pierre-Yves TALLEC – Blog EDUCRISE – 2017

Politique de Reproduction:

Les textes du Blog EDUCRISE peuvent être reproduits, en tout ou en partie, gratuitement, à condition d’ndiquer clairement la source http://educrise.com, avec lien actif vers notre site.

Dans le cas de la reproduction sur un support autre qu’Internet, la mention de l’adresse du Blog EDUCRISE (http://educrise.com) est exigée.

Leave a Reply