[ACTU] Sapeur-pompier volontaire à l’Etat, une nouvelle forme d’engagement citoyen

By 11 mars 2017Non classé

En France, les Services Départementaux d’Incendie et de Secours (SDIS) sont garants de la distribution des secours sur le territoire national. Le personnel de ces SDIS est composé à 78% par des sapeurs-pompiers volontaires (SPV), les 22% restants étant des professionnels (SPP).

Les sapeurs-pompiers volontaires (SPV), ce sont des hommes et des femmes qui ont choisi de consacrer une partie de leur temps personnel – hors activité professionnelle – afin de venir en aide à la population et de participer à la sauvegarde des biens et de l’environnement. Ils participent à tous types d’interventions : assistances aux personnes, accidents de la route, feux d’habitations, etc. Récemment, ces SPV ont la possibilité de s’engager autrement, en tant que sapeur-pompier volontaire à l’Etat (SPVE).

Pourquoi à l’Etat ?

Dans ce cadre, Les textes permettent aux SPV d’exercer leur engagement dans un service de l’Etat « investi à titre permanent de missions de sécurité civile ».  la Direction générale de la Sécurité Civile et de la Gestion des Crises (DGSCGC) a décidé de permettre ce type d’engagement à l’échelon des zones de défense et de sécurité, au sein des Centres Opérationnels de Zone (COZ).

Qu’est-ce qu’une Zone de défense et de sécurité ?

En application de l’article 21 de l’ordonnance du 7 janvier 1959, les efforts civils et militaires de défense sont coordonnés dans le cadre de zones communes appelées zones de défense et de sécurité. A ne pas confondre avec les régions !

En effet, la zone est une circonscription territoriale dont le but est de faciliter la gestion d’une crise qui impliquerait la mise en œuvre de moyen dépassant l’échelon départemental. Elle est un maillon indispensable dans l’échelle de décision de l’Etat car elle permet la coordination et l’appui des préfets de département concernant la mise en œuvre de la politique de sécurité nationale (intérieure, civile et économique).

La France métropolitaine est découpée en 7 zones de défense et de sécurité (Paris, Nord, Ouest, Sud-Ouest, Sud, Sud-Est, Est).

Dans chaque zone de défense et de sécurité, l’Etat est représenté par un préfet de zone de défense et de sécurité qui est le préfet du département situé au chef-lieu de la zone[1]. Il dispose d’un état-major interministériel de zone de défense et de sécurité (EMIZDS) et d’un centre opérationnel zonal (COZ) qui correspond à une cellule de veille permanente qui devient une cellule de crise en cas d’évènement notable.

Quelle différence entre un SPV et un SPV-E ?

Le SPV-E n’intervient pas sur une intervention en portant assistance aux victimes, mais il intervient au niveau stratégique de la crise, au sein de la cellule de crise interservices zonale en apportant son expertise. Le SPV-E travaille alors avec les militaires permanents du COZ, les personnels de santé, les forces de l’ordre, les représentants de la direction des territoires et les représentants des forces armées notamment. Il s’intègre alors dans la seule entité de l’Etat en territoire véritablement interministérielle.

Une première unique en France : le COZ Sud-Est

La tenue de l’EURO de football 2016 en France a poussé le COZ Sud-Est, basé à Lyon, à franchir le cap.

L’Etat-major Interministériel de zone de défense et de sécurité (EMIZ) Sud-Est, dirigé par le Colonel Sadak, a choisi de devenir le 1er EMIZ en France à intégrer des SPV-E dans leurs effectifs. Parti d’une feuille blanche et accéléré par l’organisation de l’EURO 2016, le projet porté par l’Etat-Major – par le biais du Commandant Anselle et du Commandant Magne – a consisté à mettre en œuvre une organisation permettant d’intégrer les SPV-E dans leurs effectifs et leurs schémas d’organisation de crise. Pour l’EMIZ Sud-Est, les candidats retenus sont des SPV déjà en activité au sein d’un SDIS de la zone. Ils signent alors un double engagement comme SPV à l’État.

Au cœur de la gestion de crise interservices

L’EMIZ dispose d’une structure spécifique de gestion de crise. Il s’agit du centre opérationnel de zone (COZ).Celui-ci est armé 24h/24, 7 jours/7 par du personnel militaire des formations militaires de la sécurité civile (FORMISC). Un cadre de l’EMIZ assure également une astreinte hebdomadaire et renforce si nécessaire les militaires de garde.

Le COZ est activé sur différents niveaux en fonction des évènements en cours. Les SPV à l’Etat (SPV-E) sont amenés à se rendre au COZ en cas d’activation niveau 3 (échelon le plus élevé).

Le COZ renforcé au niveau 3 permet l’activation d’une cellule de crise interservices au niveau zonal. Le Préfet de Zone se déplace en salle de crise où sont représentés les ministères de l’intérieur, de la défense, de l’économie et des finances, et depuis peu les SPV-E. Les missions des SPV-E sont d’apporter expertise et compétence dans ce cadre de collaborations interservices :

  • Synthèse des informations et réalisation de bilans de situations à destination du décisionnaire
  • Synthèse de l’engagement des moyens de renforts supra départementaux
  • Suivi des Médias Sociaux en Gestion d’Urgence (MSGU) apportant des éléments concrets aux services présents
  • Réalisation de cartographies associées à l’évènement en cours

Ces missions sont réalisées en lien avec le personnel FORMISC du COZ qui en plus de leur activité quotidienne apporte un soutien notable à l’organisation de la crise :

  • Suivi de la disponibilité et engagement des moyens aériens et de déminage.
  • Engagement des moyens associatifs et des réserves dans le cadre de la sécurité nationale
  • Demande des renforts nationaux de sécurité civile : unités d’instruction et d’intervention de la sécurité civile (UIISC) – personnel militaire, appelés sapeurs-sauveteurs, intervenant sur le territoire français ou étranger et spécialisé sur les catastrophes naturelles et industrielles (accident nucléaire, inondations, feux de forêt, etc.)
  • Engagement de tous les renforts supradépartementaux
  • Veille permanente

Un retour d’expérience concluant

Cette première expérience, unique en France, est un succès. Après une période d’adaptation et de mise en place, la fonction de SPV-E fait partie intégrante du COZ Sud-Est. Le travail réalisé par les SPV-E ne se substitue pas aux missions quotidiennes du personnel militaire du COZ.

En plus de ces missions opérationnelles, les SPV-E contribuent au développement du COZ en réalisant des travaux en lien avec leurs compétences professionnelles et personnelles. Des groupes de travail se sont formés sur divers sujets : charte graphique COZ, manuel d’utilisation de l’outil cartographique, fiche de postes MSGU, etc. Une sollicitation d’environ 10 à 12 jours par an apporte aux SPV-E un regard plus stratégique sur l’organisation de la sécurité civile et de la défense en France.


[1] Il est le délégué des ministres chargés des administrations civiles dans l’exercice de leurs attributions en matière de défense et de sécurité nationale. Il est assisté par un préfet délégué pour la défense et la sécurité et bénéficie de l’appui des services déconcentrés de l’Etat.

Sources:

https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do;jsessionid=58796364955E624F45A9D0113659B48F.tpdila07v_2?cidTexte=JORFTEXT000000238564&dateTexte=20041221

http://www.huffingtonpost.fr/2014/11/20/reforme-territoriale-carte-treize-regions-adoptee-assemblee_n_6189918.html
http://www.prefecturedepolice.interieur.gouv.fr/Vous-aider/Prevention-des-risques/La-prevention-des-risques-et-des-crises/Le-secretariat-general-de-la-zone-de-defense-et-de-securite
http://www.interieur.gouv.fr/Le-ministere/Securite-civilehttps://f4eed.wordpress.com/2016/04/28/fnraseczone-de-defense-carte-de-la-repartition-des-departements-par-zone-de-defense-hors-dom-tom/

 

Leave a Reply